leadership
sara Nov 30, 2021 Relations humaines 0

Durant l’une des formations que j’ai suivie sur le leadership, je vous partage ce que j’ai retenu, un message fort et haut pour tous ceux et celles qui gèrent ou s’apprêtent à gérer une équipe.

Il est important de comprendre que toutes les équipes ont leurs propres besoins pour fonctionner sainement.

Mais qu’est-ce, exactement, la « Servant Leader Mentality » ?

Un excellent article de MindTools.com en donne une excellente définition :

Robert K. Greenleaf a inventé l’expression « Servant Leadership » dans son essai de 1970, « The Servant as a Leader ».

Cependant, il s’agit d’une approche que les gens utilisent depuis des siècles.

En tant que leader serviteur, vous êtes un « serviteur d’abord » – vous vous concentrez sur les besoins des autres, en particulier des membres de l’équipe, avant de considérer les vôtres. Vous reconnaissez le point de vue des autres, leur donnez le soutien dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs professionnels et personnels, les faites participer aux décisions, le cas échéant, et créez un sentiment de communauté au sein de votre équipe.

Cela conduit à un plus grand engagement, une plus grande confiance et des relations plus fortes avec les membres de l’équipe et les autres parties prenantes. Cela peut également conduire à une plus grande innovation.

Mais comment mettre cela en pratique ?

L’une des théories les plus populaires porte sur la manière dont les relations interpersonnelles se concentrent sur les trois plus importants besoins interpersonnels que la plupart des gens partagent : le besoin d’inclusion, d’affection et de contrôle.

Selon cette théorie, ces trois besoins dans les relations interpersonnelles suffisent à expliquer la plupart des interactions entre les personnes.

Pour vous donner les meilleures chances d’aider votre équipe à être hautement productive, prenez en compte ces trois dimensions :

1. Inclusion (le besoin de se sentir « membre » d’un groupe)

Les gens ont un besoin pressant d’appartenance. Idéalement, un groupe donné devrait assumer une partie de la responsabilité de vous donner le sentiment d’être inclus – il vous contacterait régulièrement pour s’assurer que vous êtes impliqué. Mais une partie de la responsabilité peut aussi vous incomber.

Malheureusement, la « volonté » et les « compétences » jouent un rôle dans l’inclusion réussie de soi ou des autres.

N’oubliez pas que la responsabilité incombe à celui qui a la compétence.

L’inclusion est le plus fondamental des trois besoins. Le besoin d’inclusion se rapporte au désir d’une personne d’être reconnue par les autres dans le cadre d’interactions humaines et de se sentir impliquée dans ces relations.

2. Affection (quel « effet » avez-vous sur une autre personne)

Il est important de trouver un moyen d’offrir une attention et une préoccupation réelles et d’être sincère dans l’expression de votre intérêt. Les besoins d’affection des personnes sont satisfaits lorsqu’elles se sentent appréciées et acceptées dans un groupe de travail ou même aimées dans un groupe familial ou amical.

3. Contrôle

Les gens ont besoin de contribuer, de s’approprier les réalisations et d’être responsables des résultats – qu’ils ont un rôle à jouer. Certaines personnes peuvent rechercher le pouvoir (autorité de contrôle sur les autres) pour d’influencer et de provoquer le changement afin d’affirmer leurs propres désirs.

Le contrôle doit être partagé entre les membres du groupe, afin que personne ne prenne le dessus. Cela nécessite parfois de s’auto contrôle.

Suivez-moi sur :